Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/473

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


si ces bouteilles ne vous suffisent pas, j’en ai d’autres dans ma cave. C’est un vin généreux, et dont la barbe est aussi blanche que la vôtre est noire. Donc, faites-lui fête comme il vous fait fête à vous, et pardonnez-moi de n’avoir pas autre chose à vous donner ; mais j’ai été pris à l’improviste, et je n’ai que cela. » Disant ces mots, il montrait le bouquet de fleurs et le plat mystérieux.

Gustave tendit son verre et il but ; le vin était bon. Gustave tendit encore son verre, et il but ; le vieillard, bon compagnon, lui versait le vin à longs flots.— Voilà qui va bien, disait Gustave, puis il tendait encore son verre ; à la fin, à la troisième bouteille : — « N’as-tu donc à me donner à manger que ces fleurs, dit-il, voilà un vin qui pousse à l’appétit. — Découvrez ce plat, dit le vieillard, et si la chose vous plaît, mangez-en. Seulement je vous avertis que pour entamer cette denrée, il faut avoir le poignet fort, et que ce ne sera pas trop du damas que voilà. »

Gustave, poussé par le vin et par cette faim factice que donne le vin quand on n’y est pas habitué, souleva le couvercle du plat brun avec la pointe du poignard, et il vit au milieu du plat quelque chose qui ressemblait à un fromage. — « Diable, dit-il, du laitage et des fleurs ! nous tombons dans la pastorale, mon hôte.... Allons ! allons ! ma bonne lame ! c’est ici le cas de faire ton devoir ! «En même temps il frappait le fromage avec son sabre. Le fromage jeta un éclair. — « Tu m’as servi là un fromage électrique, vieillard ! » — Alors, comme un enfant, moitié riant, moitié colère, il frappa sur le fromage à coups redoublés. C’était un diamant brut, tout recouvert d’une couche terreuse, qui n’attendait plus que l’art de l’ouvrier pour jeter un vif éclat. Avec son poignard, Gustave débarrassait la pierre précieuse de tout l’alliage qui l’entourait. A chaque instant c’était un nouvel éclat, c’étaient de nouveaux feux ; le diamant frappé, par l’acier, se dépouillait de son enveloppe terrestre ; Gustave fasciné, hors de lui, frappait et buvait tour-à-tour.

Alors il se passa dans l’âme du jeune homme une de ces luttes terribles qui brisent le cœur dans la poitrine. Etrange effet de