Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/450

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


apportés avec eux les Américains. Ils donnèrent aux poules le nom de coqs de bruyère des hommes blancs, aux chèvres celui de chevreuils des hommes blancs, et aux cochons celui d’ours des hommes blancs.

A sept cent milles de l’embouchure de la Columbia se trouve une chute immense et perpendiculaire de soixante à soixante- dix pieds. Le bassin au pied de la cascade ressemble à un chaudron bouillant : c’est pour cette raison sans doute, ainsi qu’en mémoire de celle qui porte le même nom, près de Québec, quel les Canadiens l’ont appelée la Chaudière. La tribu d’Indiens qui habite les environs porte aussi le nom de Chaudières. Ces Indiens n’avaient pas encore vu d’hommes blancs, et les femmes surtout montrèrent le plus grand étonnement à leur vue. « Une d’elles, dit l’auteur, me pria de lui montrer mes bras : elle voulut voir ensuite ma poitrine. Je la lui découvris, et elle finit par être persuadée que ma peau était blanche par tout mon corps, ce dont elle semblait douter d’abord. Elle fut de même très surprise à la vue des cheveux roux de M. M’Donald, et demanda la permission de les voir de près. Il y consentit, et, s’étant assise, elle poussa de suite ses recherches jusqu’à leurs racines, croyant faire quelque découverte. Elle attribua l’absence des petites bêtes qu’elle cherchait à la couleur des cheveux, qui, disait-elle, leur faisait sans doute peur. Se tournant alors de mon côté, et voyant que mes cheveux étaient plus foncés, elle me demanda la permission de faire la même perquisition sur moi. Je m’y prêtai volontiers ; mais ses recherches n’ayant abouti à aucun résultat, elle parut fort désappointée, et se leva toute en colère, en disant que nous étions par trop propres. »

Le premier volume de ce voyage finit par le récit de la mort d’un des chasseurs de la caravane, nommé Jacques Hoobe, massacré par les Indiens. Hoobe était né en France, où il avait été soldat : il avait aussi combattu dans ces fameuses plaines d’Abraham, derrière Québec, où l’imprudent et trop brave marquis cie Montcalm fut tué, et nous fit perdre à-la-fois Québec et tout le Canada.

Le second volume commence par une nouvelle attaque des