Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/581

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


semées sur l’océan Pacifique, dans les régions intertropicales ; cette circonstance rendrait assez probable une conjecture que j’ai formée depuis long-temps sur les îles de corail, et d’après laquelle tous les merveilleux ouvrages des polypes auraient généralement pour base les bords de cratères volcaniques sous-marins, assez élevés pour laisser à ces petits êtres la chaleur et la lumière dont ils ont besoin pour leur admirable travail. »

Cette apparition successive d’îles nouvelles, qui opère un changement continuel à la surface du globe, rattache assez bien l’étude de ces phénomènes au domaine de la géographie, quoiqu’elle semble plutôt appartenir à celui de la géologie et de l’histoire naturelle en général ; mais il n’est pas facile de tirer entre toutes ces sciences une ligne de démarcation bien rigoureuse. Si l’on voulait comparer ces cratères d’élévation des îles volcaniques, avec les récifs de corail qui embrassent des lagunes de tous côtés à l’exception d’une ouverture communiquant avec la mer, on trouverait qu’en se figurant ces récifs de corail élevés à une certaine hauteur, ou en supposant les îles volcaniques abaissées au niveau des récifs de corail, on aurait, dans le premier cas, des Columbrètes, des îles d’Amsterdam et de la Déception par milliers, et que, dans le second cas, les îles que nous venons de nommer prendraient exactement la forme des îles à lagunes et des récifs de corail. Comme elles, en effet, les îlots ou récifs de corail sont coupés à pic, excepté du côté de l’ouverture qui communique avec la mer, et auprès du plus grand nombre on ne trouve pas de fond. La conséquence à tirer de cette grande ressemblance est que ces îlots circulaires de corail ont généralement pour base les bords de volcans sous-marins, dont les lagunes sont le cratère. On pourrait ajouter à l’appui de cette idée, que la plupart de ces îlots présentent de la pierre ponce et d’autres produits volcaniques ; comme d’ailleurs les dépôts calcaires abondent toujours dans la région des volcans, il est possible de supposer que les lithophytes, qui créent les