Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/574

Cette page a été validée par deux contributeurs.
558
REVUE. — CHRONIQUE.

finesse, où cependant son âge et sa santé affaiblie ne le secondent pas comme dans Antoine. Provot a beaucoup de vigueur et de résolution dans le grand rôle de Figaro, fardeau qu’il porte très-librement. Tout cela a de la vie, du mouvement et de jolis visages ; Fanchette est représentée par la plus vive, la plus gaie petite personne, aux yeux noirs, qu’il soit possible de lancer en scène. Notez bien que l’armée de la Porte-Saint-Martin pouvait avoir encore en réserve Bocage, Gobert, Auguste, Jemma, mesdames Paul et Mélanie ; talens forts, ou fins, ou gracieux, tous pleins de vigueur et de jeunesse.

Ma foi, en bonne vérité de Dieu, comme dit Joinville, je cherche en vain ce qu’ils ont à envier à MM. Guyeau et David, etc., et mesdames Tousez, Eulalie, et quelques noms nouveaux ; voire même de plus anciens, et de trop anciens, qui font aujourd’hui la consolation de la salle des comédiens ordinaires du roi, de la rue de Richelieu, et dont le jeu est l’objet des méditations de huit vénérables habitués assis à l’orchestre, qui ont connu Lekain et Larive.

Le boulevart avait fait d’heureuses créations ; il a fait un heureux renouvellement d’une pièce toujours nouvelle par la puissance de sa composition et de son style. C’est un pas, c’est un progrès, nous devions le constater.