Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/568

Cette page a été validée par deux contributeurs.
552
REVUE. — CHRONIQUE.


La patience persévérante a porté ses fruits. C’est, dans la gravure pittoresque et colorée, ce que la France a de mieux à opposer aux Anglais : c’est la finesse et l’harmonie de Raimbach, la sévérité de Burnet, la délicatesse de Finden, le charme et la pureté de Schiavonetti. Le Blindman’s-Buff et les Pèlerins de Canterbury n’ont rien de plus exquis ni de plus gracieux.

Il arrivera sans doute que des consciences sévères, mais égarées, à ce qu’il nous semble, opposeront à leur admiration involontaire un patriotisme dogmatique et invulnérable, et demanderont : À quoi bon se faire Anglais ? À cette question, même en la supposant sincère, je ne crois pas qu’il y ait de réponse possible, au moins dans l’espèce. Certainement nous ne conseillerons à personne d’imiter une manière quelle qu’elle soit : l’imitation n’a jamais été féconde ; mais de l’imitation à l’élude il y a loin. À notre avis, M. Henriquel Dupont n’a pas imité Raimbach, mais il l’a étudié ; il ne s’est pas traîné à sa suite comme Norblin sur les traces de Rembrandt : il a vu comment Raimbach procède, et, après mure réflexion, il a procédé à sa manière. Des yeux ignorans pourront se méprendre entre un Norblin et un Rembrandt ; mais, à moins d’être aveugle, je défie que l’on puisse confondre un Dupont avec un Raimbach.

Tout le groupe de Gustave est d’une lumière éblouissante ; cependant il y a dans les jambes quelques portions qui ne sont pas assez soutenues.

Une analyse attentive surprend et démêle, dans l’étendue de cette belle planche, la trace de nombreux progrès : il y a des morceaux irréprochables ; il y en a d’autres où l’on peut suivre la lutte du graveur avec le pinceau, lutte haletante et glorieuse, mais qui parfois n’aboutit qu’à de courageux efforts.

En résumé, c’est une belle gravure, colorée, vivante, pleine de grâce et de naturel. Pour un salon, c’est un beau tableau.




THEATRE ITALIEN.
Madame Malibran.

La session musicale de cet hiver, ouverte sous de brillans auspices, s’est dignement continuée, et n’a démenti aucune des