Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/526

Cette page a été validée par deux contributeurs.
510
LITTÉRATURE.

— Vous m’avez écrasé la poitrine avec cette histoire, dit Stello en retombant assis.

Tous deux restèrent en face l’un de l’autre pendant trois heures quarante quatre minutes, tristes et silencieux comme Job et ses amis. Après quoi Stello s’écria comme en continuant :

— Mais que lui offrait donc M. Beckford dans son petit billet ?

— Ha ! à propos, dit le docteur noir, comme en s’éveillant en sursaut…

C’était une place de premier valet de chambre chez lui.


Le Cte Alfred de Vigny


(La fin de la première consultation (Stello) à la prochaine livraison.)