Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/420

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Peut-être n’avait-on d’autre but, en recherchant l’appui des chefs et en répandant des idées de liberté, que d’arriver, par l’insurrection des provinces européennes, au démembrement de l’empire turc, ainsi qu’il en est parlé dans un ouvrage de M. Bignon[1]. Quoi qu’il en soit, nous voyons encore M. Sébastiani, lors de son ambassade à Constantinople, favoriser les Mavromichalis, et contribuer à l’investiture de Pétrombei, fils de Janaki Mavromichalis.

En 1821, Mavromichalis n’hésita pas un moment sur le parti à prendre. Un de ses fils était retenu à Constantinople comme garant de sa fidélité envers la Porte. Pour mieux voiler ses projets, il mit un autre de ses fils entre les mains du pacha de Tripolitza ; puis, fort de son autorité personnelle et de l’influence de sa famille, il détermina les Maniotes à quitter cette existence isolée et égoïste pour embrasser la cause commune de l’émancipation nationale.

Les Maniotes, sous la conduite de Mavromichalis, descendirent des flancs du Taygète, et occupèrent Calamata. Un sénat messénien s’y organisa ; Pétrombei en fut nommé président, et le 9 avril, il adressa un manifeste aux peuples, dans lequel, exposant le but de l’insurrection, F il invoquait l’assistance de la chrétienté.

De là il se porta à Malvoisie, et réduisit cette place, qui, la première, tomba entre les mains des Grecs. Ses troupes, augmentées de six cents hommes, formèrent le noyau de l’armée qui assiégea Tripolitza. Cette dernière ville prise, il contribua efficacement, par sa bravoure et ses combinaisons stratégiques, à la terrible catastrophe de Dramali.

Ensuite, il passa dans la Grèce orientale, et il s’acquitta glorieusement de la mission que Mavrocordato lui confia, en s’emparant de Tatochie, et en empêchant Orner Briomi de passer l’Achéloüs.

Cette noble conduite lui valut la confiance de la nation. Député au congrès d’Astros et d’Epidaure, il en obtint la

  1. Les Cabinets et les Peuples, pag. 373.