Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/417

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Honteux d’avoir été entraîné à abuser aussi long-temps des lnomens de l’Académie, je remets à une autre occasion le récit des circonstances qui nous ont conduits à Malte.... Après quelques jours de repos, nous partirons pour Syracuse, où le bâtiment me laissera ; je visiterai le cap Passaro, le Val-di-Noto-Catane, l’Etna, et retrouverai le brick à Messine ; j’irai de là à Païenne, d’où j’espère donner de mes nouvelles.

Je ne puis terminer sans témoigner combien je me trouve heureux d’avoir pu profiter de la savante coopération de notre commandant M. La Pierre, et ce ne sera pas pour moi le moindre avantage de ce voyage que d’avoir pu me concilier son amitié.


CONSTANT PREVOST.