Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/409

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


colonnes de vapeur, et dont les parois étaient enduites d’efflorescences salines blanches.

Nous allions nous éloigner avec le regret de ne pouvoir emporter au moins quelques échantillons de ce sol si nouveau et si effrayant, lorsqu’un matelot proposa d’aller à la cote à la nage ; on l’attacha avec la ligne de sonde, et en quelques minutes, après avoir disparu d’abord sous la lame, et dans 3a vapeur épaisse qui s’en échappait, il arriva sain et sauf sur la plage ; il nous fit signe que celle-ci était tellement brûlante, qu’il ne pouvait y tenir les pieds. M. Fourichon ne put résister au désir d’aller chercher lui-même des échantillons, il se jeta à la nage, et fut suivi de M. Proulereoy, et d’un second matelot, qui emporta avec lui un panier, un marteau et une bouteille. Je regrettai bien vivement de n’être pas assez bon nageur pour pouvoir suivre un pareil exemple ; je restai dans le bateau, et malgré ses mouvemens brusques, nous fîmes, M. Joinville et moi, plusieurs croquis.

Nos intrépides compagnons s’élevèrent jusqu’au bord du cratère, marchant sur des cendres et des scories brillantes, et au milieu des vapeurs qui s’exhalaient du sol, ils nous annoncèrent que ce cratère était rempli d’une eau roussâtre et bouillante, formant un lac d’environ quatre-vingts pieds de diamètre ; enfin ils revinrent à nous, après nous avoir fait passer, au moyen de la corde, un panier rempli d’échantillons.

On n’avait vu que des cendres et des scories ; cependant parmi les morceaux rapportés, je trouvai un fragment de calcaire blanc, ayant tous les caractères de la dolomie ; je conçus dès-lors l’espoir de trouver quelques roches soulevées et modifiées par l’action volcanique, et je me décidai à tenter une nouvelle expédition, si le temps plus beau et la mer plus calme le permettaient le lendemain.

Dans la nuit du 28 au 29, nous fumes portés par des courans vers les côtes de Sicile, et nous nous trouvâmes le matin à plus de six milles du volcan, sans pouvoir en approcher davantage ; le calme étant survenu, un canot fut de nouveau