Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/375

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


souveraineté est indivisible, inaliénable, et qu’elle réside essentiellement dans tous les membres du corps. Mais comment agit ; cet être abstrait et collectif ? Il agit par des lois, et il ne saurait agir autrement. Et qu’est-ce qu’une loi? C’est une déclaration publique et solennelle de la volonté générale sur un objet d’intérêt commun………. Mais l’application de la loi tombe sur des objets particuliers et individuels. Le pouvoir législatif qui est le souverain, a donc besoin d’un autre pouvoir qui exécute, c’est-à-dire qui réduise la loi en acte particulier………. Ici vient l’institution du gouvernement. Qu’est-ce que le gouvernement? C’est un corps intermédiaire, établi entre les sujets et le souverain pour leur mutuelle correspondance, chargé de l’exécution des lois et du maintien de la liberté, tant civile que politique. Le gouvernement, comme partie intégrante du corps politique, participe à la volonté générale qui le constitue. Comme corps lui-même, il a sa volonté propre ; ces deux volontés quelquefois s’accordent, et quelquefois se combattent ; c’est de l’effet combiné de ce concours et de ce conflit que résulte le jeu de toute la machine. Le principe qui constitue les diverses formes du gouvernement, consiste dans le nombre des membres qui le composent………. Les diverses formes dont le gouvernement est susceptible, se réduisent à trois principales. Après les avoir comparées par leurs avantages et par leurs inconvéniens, je donne la préférence à celle qui est intermédiaire entre les deux extrêmes, et qui porte le nom d’aristocratie………. Enfin, dans le dernier livre, j’examine par voie de comparaison avec le meilleur gouvernement qui ait existé, savoir celui de Rome, la police la plus favorable à la bonne constitution de l’Etat ; puis je termine ce livre et tout l’ouvrage par des recherches sur la manière dont la religion peut et doit entrer comme partie constitutive dans la composition du corps politique. Que pensiez-vous, monsieur, en lisant cette analyse courte