Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/368

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la conduite de Paoli, une liberté qu’elle avait si généreusement conquise, on s’adressa à Rousseau. Ce n’était pas la première fois qu’un philosophe moderne était consulté, et sollicité de se faire législateur. Locke, en 1662, avait rédigé une constitution que lui avaient demandée les habitans des Carolines. La charte du philosophe n’est pas bonne. Rousseau ne fit pas de constitution, mais il donna quelques conseils. Dans sa seconde lettre à M. Butta-Foco, il demande des documens qui puissent l’édifier. « Je suis charmé du voyage que vous faites en Corse ; dans ces circonstances, il ne peut que nous être très-utile. Si, comme je n’en doute pas, vous vous y occupez de notre objet, vous verrez mieux ce qu’il faut me dire que je ne puis voir ce que je dois vous demander ; mais permettez-moi une curiosité que m’inspirent l’estime et l’admiration. Je voudrais savoir tout ce qui regarde M. Paoli : Quel âge a-t-il? Est-il marié? A-t-il des enfans ? Où a-t-il appris l’art militaire ? Comment le bonheur de sa nation l’a-t-il mis à la tête des troupes? Quelles fonctions exerce-t-il dans l’administration politique et civile ? Ce grand homme se résoudrait-il à n’être que citoyen dans sa patrie après en avoir été le sauveur? » Rousseau demande ensuite qu’on lui envoie une bonne carte de la Corse, qu’on lui fasse une description exacte de l’île ; il veut connaître son histoire naturelle, ses productions, sa culture, sa division par districts, le nombre et le crédit du clergé, s’il y a des maisons anciennes, des corps privilégiés et de la noblesse ; si les villes ont des droits municipaux et en sont fort jalouses ; les mœurs du peuple, ses goûts, ses occupations et ses amusemens, l’histoire de la nation jusqu’à ce moment, les lois, les statuts, l’exercice de la justice, les revenus publics, l’ordre économique, la manière déposer et de lever les taxes. « En général, dit Rousseau, tout ce qui fait mieux connaître le génie national ne saurait être trop expliqué. Souvent un trait, un mot, une action, dit plus que tout un livre, mais il vaut mieux trop que pas assez. » Pour un théoricien, Jean-Jacques se montre pas