Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aux moindres écrivains, que serait-ce s’il connaissait celui que je viens de quitter ?

Long silence, et personne ne me dit : Comment se nomme-t-il ? Ce fut assez malheureux, car je savais son nom de lugubre mémoire, son triste nom, synonyme d’amertume satirique et de désespoir Ne me le demandez pas encore... Écoutez.

Je poursuivis d’un air insouciant pour éviter le ton solliciteur :

— Si ce n’était pas abuser des bontés du roi, en vérité je me hasarderais jusqu’à lui demander quelques secours quelque léger secours pour....

— Accablé ! accablé ! nous sommes accablé, monsieur, me dit Louis XV, de demandes de ce genre pour des faquins qui emploient à nous attaquer l’aumône que nous leur faisons.

Puis se rapprochant de moi :

— Ah, çà ! me dit-il, je suis vraiment surpris qu’avec votre usage du monde, vous ne sachiez pas encore que lorsqu’on se tait, c’est qu’on ne veut pas répondre... Vous m’avez forcé dans mes derniers retranchemens ; eh bien ! je veux bien vous parler de vos poètes, et vous dire que je ne vois pas la nécessité de me ruiner à soutenir ces petites bonnes gens-là qui font le lendemain les jolis cœurs à nos dépens. Sitôt qu’ils ont quelques sous, ils se mettent à l’ouvrage pour nous régenter, et font leur possible pour se faire fourrer à la Bastille. Cela donne des airs de Richelieu, n’est-ce pas ?.. C’est là ce qu’aiment les beaux esprits que je trouve bien sots. Tudieu ! je suis las de servir de plastron à ces petites gens. Ils feront bien assez de mal sans que je les y aide... Je ne suis plus bien jeune, et je me suis tiré d’affaire ; je ne sais trop si mon successeur s’en tirera ; au surplus, cela le regarde.... Savez-vous, docteur, qu’avec mon air insouciant je suis tout au moins un homme de sens, et je vois bien où l’on nous mène.

Ici le roi se leva et marcha assez vite dans la chambre, se-