Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un rapport si direct et si immédiat, que l’un agit sur l’autre avec une égale puissance. S’il est vrai qu’une idée arrête le regard, le regard, en se détournant, détourne aussi l’idée. J’en ai fait l’épreuve auprès des fous.

Je passai les mains sur les yeux fixes de ce jeune homme, et je les lui fermai. Aussitôt la raison lui vint, et il prit la parole.

— Ah ! monseigneur ! dit-il, donnez-moi les sacremens. Ah ! bien vite, monseigneur, avant que mes yeux ne se soient rouverts à la lumière ; car les sacremens seuls peuvent me délivrer de mon ennemi, et l’ennemi qui me possède, c’est une idée que j’ai, et cette idée me reviendra tout à l’heure.

— Mon système est bon, dis-je en souriant.

Il continua.

— Ah ! monseigneur ! Dieu est certainement dans l’hostie… Je ne croyais pas qu’une idée pût devenir dans la tête comme un fer rouge… Dieu est certainement dans l’hostie, et si vous me la donnez, monseigneur, l’hostie chassera l’idée, et Dieu chassera les philosophes…

— Vous voyez qu’il pense très-bien, me dit tout bas le bon archevêque. Laissons-le dire, pour voir.

Le pauvre garçon continua.

— Si quelque chose peut chasser le raisonnement, c’est la foi, la foi du charbonnier ; si quelque chose peut donner la foi, c’est l’hostie. Oh ! donnez-moi l’hostie, si l’hostie a donné la foi à Pascal. Je serai guéri si vous me la donnez ; monseigneur, tandis que j’ai les yeux fermés, hâtez-vous, donnez-moi l’hostie.

— Savez-vous votre confiteor, dit l’archevêque ?

Il n’entendit pas, et poursuivit.

— Oh ! qui m’expliquera la soumission de la raison, ajouta-t-il avec une voix de tonnerre lorsqu’il prononça les derniers mots… Saint Augustin a dit : « La raison ne se soumettrait jamais, si elle ne jugeait qu’elle doit se soumettre. Il est donc juste qu’elle se soumette quand elle juge qu’elle le doit. » Et moi, Nicolas-Joseph-Laurent, né à Fontenoi--