Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE V.

Interruption.

— Hélas ! s’écria douloureusement Stello, d’où vous vient le langage que vous prenez, cher docteur ? Vous partez quelquefois du dernier mot de chaque phrase pour grimper à un autre, comme un invalide monte un escalier avec deux jambes de bois.

— D’abord, cela vient de la fadeur du siècle de Louis XV, qui allongeait mes paroles malgré moi ; ensuite, c’est que j’ai la manie de faire du style pour me mettre bien dans l’esprit de quelques-uns de vos amis.

— Ah ! ne vous y fiez pas, dit Stello douloureusement ; car il y en a un qui n’est pas précisément le plus sot de tous, qui a dit un soir : « Je ne suis pas toujours de mon opinion. » Parlez donc simplement, ô le plus triste des docteurs ! et il pourra se faire que je m’ennuie un peu moins.

Et le docteur reprit en ces termes.