Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Prière qu’on adressait à Texcatlipuca-y-Yautl-Necoyautl-Moneneguy, pour obtenir son assistance contre l’ennemi.

« Seigneur très-humain, très-secourable ; défenseur invisible et impalpable, par la sagesse duquel nous sommes régis, sous l’empire duquel nous vivons ; Seigneur des batailles, c’est une chose avérée qu’une grande guerre se prépare : le dieu de la guerre ouvre la bouche ; il a faim, il veut engloutir le sang de ceux qui mourront dans les combats. Il paraît qu’ils veulent se réjouir, le soleil et le dieu de la terre que l’on appelle Tlatecutli ! Ils veulent donner à manger et à boire aux dieux du ciel et de l’enfer, et ils leur feront un banquet de la chair et du sang des hommes qui vont mourir durant cette guerre. Ils nous contemplent déjà les dieux du ciel et de l’enfer, pour voir quels seront ceux qui vaincront quels seront ceux qui seront vaincus ; lesquels doivent tuer, lesquels doivent recevoir la mort. Ils veulent voir ceux dont le sang doit être bu, et ceux dont la chair doit être mangée. C’est ce qu’ignorent les nobles pères et mères dont les enfans doivent mourir ; oui, c’est ce qu’ignorent tous leurs parens et tous leurs proches. C’est ce qu’ignorent ces mères qui les ont élevés quand ils étaient petits et qui leur ont donné leur lait

Faites, ô Seigneur, que les nobles qui mourront à la guerre soient agréablement reçus par le soleil et par la terre, qui sont le père et la mère de tous, et qui ont des entrailles d’amour ; et pour tout dire, vous ne les avez pas trompés en faisant ce que vous faites, en exigeant qu’ils meurent à la guerre, car c’est la vérité que