Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Bernardino de Sahagun était né à Sahagun bourg du pays de Campos, dans la Vieille-Castille. Il se voua à l’état monacal et entra dans un couvent de franciscains. En 1524, la conquête de la Nouvelle-Espagne étant à peu près terminée, il fut un des premiers religieux qui passèrent dans le pays, et devint un des fondateurs du collège que l’ordre établit à Mexico. Sahagun fut envoyé en mission dans diverses provinces. On ignore l’époque précise de sa mort, mais on sait qu’il vivait encore en 1577. Depuis l’époque de son arrivée au Mexique jusqu’a l’âge le plus avancé le vénérable moine semble, comme nous l’avons dit, avoir été domina par une seule pensée : par le désir de rendre les efforts des missionnaires moins infructueux, en les initiant à toutes les croyances des peuples qu’ils voulaient convertir. Et il ne faut pas croire cependant que le père Sahagun, doué d’une âme si généreuse, d’un cœur si compatissant pour les misères dont il se voyait environné, ait eu assez de force d’esprit pour s’élever au-dessus des idées de son temps : il a conservé tous les préjugés du XVIe siècle et toute la bizarre érudition de cette époque. Sa grande affaire, on le voit souvent, c’est de saisir les rapports qui existent entre les croyances des idolâtres dont il déplore l’égarement et les croyances de l’ancien polythéisme. Pour lui, comme pour tous ses contemporains, les Mexicains sont sous l’influence immédiate du malin esprit, qui obscurcit sans cesse à leurs yeux les mystères de la révélation ; mais heureusement chez lui les faits observés avec une scrupuleuse conscience subsistent dans toute leur naïveté. Où notre chroniqueur est admirable, c’est quand il se contente de raconter la tradition, ou, pour mieux dire, de la traduire ; car il est bon de l’apprendre, la plus grande partie de son livre,