Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SOUVENIRS D'ORIENT.
(1829.)


Now athenian mountains they desery
And o’er the syrge Colonna frowns on high
Beside the cape’s projecting verge are placed
A range of columus long by time defaced.
Falconnier. The Shepwrech, Cant. 3.


----


Épidémie d’Egine. — Départ pour Smyrne. — Tempête. — Relâche à Sunium. — Pêcheurs Albanais. — Mines. — Temple de Minerve Suniade. — Zéa. — Carysto. — Andros. — Pirates. — Ipsara. — Fogliéri. — Cimetière. — Monument inconnu. — Passage de l’Hermus — village de Grecs réfugiés. — Kara Gueuzlu — Menimen Iskelesi. — Caravenserail.


Une épidémie désolait le Péloponnèse et l’île d’Egine durant l’automne de 1929 ; elle n’avait pas même respecté les champs d’Epidaure. C’était une fièvre typhoïde, développée par l’extrême sécheresse, les émanations marécageuses, une épizootie, et surtout par l’état horrible de misère dans lequel la Grèce se trouvait plongée. Chaque jour enlevait douze à quinze victimes sur une population d’environ dix mille âmes. L’horrible tableau de la peste, si énergiquement tracé par le poète Manzoni dans ses Fiancés, pourrait seul donner une idée de celui que nous avions alors sous les yeux. A chaque heure, on entendait tinter le glas de l’agonie auquel