Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/479

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reporteront vers de douces illusions, hélas ! aussitôt évanouies que formées. Puisque tout me faillit dans le temps présent, même l’amitié, je vivrai dans celui qui n’est plus, et qui me promettait le bonheur.

Que peut l’injustice contre celui qui s’est mis au-dessus d’elle par son indépendance et la droiture de son caractère ?… Ne lui restera-t-il pas toujours deux choses grandes et immuables pour parler à son cœur, Dieu et la liberté ?…