Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/389

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aperçut-on de loin à travers le crépuscule, que j’entendis les sifflets, et vis hisser les voiles les unes après les autres. Je montai à bord, fis mes adieux, et bientôt loin de moi disparurent les côtes de Saint-Pierre.


EUGÈNE NEY.