Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/312

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cet oiseau laisse exhaler une odeur repoussante et nauséabonde, qui, même à une certaine distance, est encore très-forte, et qui atteste jusqu’à quel point ses goûts sont dépravés.

La chevêche grise, qui se creuse des terriers, et qui a pour habitude de se percher sur les mottes de terre, est très-commune dans les champs.

Les passereaux sont assez nombreux en espèces, et la plupart ont une livrée agréablement nuancée. Ainsi, nous observâmes plusieurs moucherolles et gobe-mouches, et, entre autres, le rubin et le tangara oriflamme ; un chardonneret noir et jaune, très-voisin du fingilla xanthorea de M. Charles Bonaparte ; le moineau olivarez, un loxie à plumage rouge, un troglodyte, etc. Proche Lima, dans des clairières, vit le petit bouvreuil, que nous avons nommé Télasco ; et dans les grands arbres du passéao, est assez commun l’ani inédit, que j’ai décrit sous le nom d’ani de Las Casas. Un fournier brun, flammé de fauve, habite l’île dénudée de Saint-Laurent. Mais une des découvertes les plus intéressantes de notre très-court séjour sur les côtes de Lima, alors agitée par les discordes civiles, est celle de plusieurs espèces d’oiseaux-mouches ; elle nous fait regretter vivement d’avoir été dans l’impossibilité de consacrer un temps plus long à des recherches toutes pacifiques, et qui auraient indubitablement augmenté le catalogue des êtres connus. Trois espèces d’oiseaux-mouches, proprement dits, voltigeaient lors, pendant les heures les plus chaudes du jour, sur les