Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/286

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et la conduite irrégulière. L’ancien palais des vice-rois, destiné aujourd’hui au gouvernement républicain, occupe la partie méridionale de cette place. Au côté nord sont situés la cathédrale et l’archevêché ; le milieu est occupé par une fontaine monumentale que couronne une renommée en bronze, et huit lions également en bronze, jetant par la gueule dans de vastes réservoirs de même métal, un mince filet d’eau.

La promenade préférée est située au nord de la ville, dans un ancien faubourg. C’est un almeyda planté sur les bords du Rimac, dont les eaux en cet endroit, coulent avec impétuosité sous un pont en pierres très-solide. De frais ombrages de gracieux jardins, d’où s’élèvent les brillans plumiera, rendent cette partie de la ville digne de la prédilection que lui accordent les dames de Lima. Hors des murailles est placé un monument isolé, fastueusement nommé le Panthéon : c’était la sépulture des anciens vice-rois.

La place de l’Inquisition est appelée aujourd’hui de la Constitution. Elle est de forme triangulaire, et n’a rien de remarquable que l’affreux palais qui lui donnait son nom, et qui reste debout comme le témoignage le moins équivoque d’un fanatisme délirant et cruel. Là tiennent séance les députés des provinces.

Le pavé des rues se compose de galets arrondis, rangés avec symétrie, mais fatigant pour les gens qui vont à pied. Rien aujourd’hui ne rappelle ce temps