Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/246

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


distingués par de petits pavillons aux couleurs de chacune de ces nations.

Le pays au sud de l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, dans l’Amérique septentrionale, est désigné par ces mots : « Terre des Corterreal (Terra dos Corterreaes). La terre de Labrador est placée vers le 70° et les caps en sont indiqués par des noms espagnols et portugais, pour maquer par lequel de ces deux peuples ils ont été découverts. Le plus septentrional porte le nom en portugais de Cap-Blanc (Cabo Branco).

Dans l’emplacement occupé par la côte septentrionale de la Nouvelle-Hollande ou Australie, on voit une immense côte dessinée, avec un grand nombre de promontoires, ayant tous des noms espagnols. Le pavillon de Castille est peint sur cette carte, et on lit au bas ce qui suit :

« Cette côte fut découverte par Ternâo de Magalhaens (Magellan), par ordre de l’empereur Charles, dans l’année 1520. »

La personne de qui je tiens ces renseignemens croit avoir vu également sur cette carte une côte tracée qui correspond à la Nouvelle-Guinée, avec la dénomination de « Terre des Papous (Terra dos Papuas) ; mais elle n’en est pas bien certaine.

Les îles de.Lieu Kiou, et une foule de caps, de baies, de fleuves et de côtes qui portent aujourd’hui des noms donnés par des navigateurs qui les ont visités postérieurement, se trouvent également marqués sur les cartes de cet atlas avec des noms portugais pour la plupart.


St-PETERSBOURG [1] - Lettre sur le choléra-morbus – Si la marche progressive du choléra-morbus depuis les limites les plus reculées de l’Inde jusqu’aux frontières occidentales de l’empire prouve sa propriété éminemment

  1. 27 janvier 1830.