Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se réunissent pour leur commerce ; mais comme elle est située au nord de l’île, le froid y est très-rigoureux. Il y a dans le Japon un grand nombre de ports de mer ; le plus fameux est celui d’Okhinoufamanous, où l’on voit aborder en tout temps une qualité innombrable de vaisseaux.


Des édifices et des monumens

Le Japon possède des temples magnifiques, et des monastères pour les religieux des deux sexes. Les palais y sont vastes et somptueux. Le toit du palais du roi, d’après le récit de Polo [1], est couvert de planches dorées au lieu de plomb. Les plafonds de ses maisons de campagne sont recouverts de feuilles d’or ; ils sont aussi ornés de peintures, et ils s’élèvent à une hauteur prodigieuse. Le roi de ce pays, appelé Taïkou, a fait bâtir, de nos jours, un palais magnifique. On a employé, pour le couvrir, mille nattes d’un prix inestimable, connues sous le nom de tatamis. Les extrémités de ces nattes sont garnies de soie et d’or, et travaillées avec un art admirable. Chacune d’elles a huit coudées de long sur quatre de large. Les planches qui ont servi à leur cet édifice sont d’un bois très-précieux, et confectionnés avec le plus grand soin. Il est presque impossible de décrire les belles choses et les ornemens que renferme ce palais. Devant le portique, on voyait une grande place, destinée à plusieurs espèces de jeux), en forme d’amphithéâtre, de façon que les deux côtés étaient séparés l’un de l’autre. De grandes tours à trois et à quatre étages ornaient encore l’édifice. On trouve au Japon un grand nombre de bâtimens pareils à celui dont nous venons de faire la description ; mais

  1. C’est le célèbre voyageur Marco Pol qui le premier a signalé en Europe l’existence du Japon.