Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aussi, grâce aux soins de M. Lemot, le célèbre statuaire, est tellement bien conservé, qu’on est tenté d’en vouloir à son propriétaire de n’avoir pas laissé sur ses murailles ramper une seule branche de lierre, ou pendre une seule toile d’araignée. On dirait un vieillard à son jour de barbe, avec de fausses dents et de faux cheveux. M. Lemot a dépensé des sommes énormes pour faire du pittoresque, et il n’a réussi qu’à faire de l’anomalie : elle était plus sensible encore par la présence du drapeau tricolore sur cette ruine du onzième siècle, le maire n’avait pas permis qu’on le mît sur le clocher.

Le parc est comme tous les parcs du monde : c’est Ermenonville, c’est Mortefontaine : une rivière, des rochers, des grottes, des inscriptions, des statues et un temple à Apollon.

Supposez, au lieu de tout cela, des chaumières groupées où sont les temples, c’est-à-dire des deux côtés de la vallée, les unes ayant l’air de grimper, les autres de descendre, jetées çà et là selon le caprice ou la commodité de leurs propriétaires ; au fond du ravin, la rivière ; au haut de la montagne, le château, vieille ruine déchirée par des crevasses, avec ses pierres que le temps a fait rouler autour d’elle comme des feuilles autour du tronc d’un chêne ; joignez à cela les anciens souvenirs d’Olivier de Clisson, les souvenirs modernes des chouans et des bleus ; le souterrain qui servait de cachot aux barons, un puits qui sert de tombe à quatre cents Vendéens, et vous aurez des siècles de rêverie pour une âme de poète.

M. Lemot avait fait tout ce qu’il avait pu pour organiser une garde nationale, et avait déjà trouvé dix hommes de bonne volonté, auxquels le maréchal-des-logis de gendarmerie faisait faire l’exercice en cachette.

C’était un brave homme que ce maréchal-des-logis, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir grande envie de m’arrêter ; il avait dit aux libéraux que j’avais l’air d’un chouan, et aux chouans que j’avais l’air d’un libéral, ce qui faisait que, dans tous les cas, la ville m’aurait vu d’assez bon œil conduire en prison ; un passeport rigoureusement en règle m’épargna ce petit dé-