Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/109

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avoir peint la terreur plus grande encore qu’inspira Corès, qui fut pris également pour ce dieu voyageur, Sahagun semble laisser parler la chronique mexicaine.

« L’empereur envoya cinq chefs pour recevoir Quetzalcoatl, qu’il attendait de jour en jour : ces cinq chefs étaient chargés de lui remettre des présens. Le plus important, par le rang qu’il occupait, était Yoallichan, le second Tepuztecatl, le troisième Ticava, le quatrième Vevetecatl, le cinquième Veicamettheca.

«  Le roi Montezuma leur parla ainsi : « Considérez que l’on a dit que notre dieu Quetzalcoalt était arrivé ; allez, recevez-le, écoutez ce qu’il vous dira avec beaucoup de soin, et faites attention à ne rien oublier. Voici les joyaux que vous lui présenterez de ma part, ce sont tous les ornemens sacerdotaux qui lui appartiennent. »

Ici l’historien donne la description des présens, et ce n’est pas la partie la moins curieuse du livre ; mais nous passerons rapidement sur ces détails, pour en venir à des faits plus caractéristiques et plus importans. Sahagun, après avoir décrit l’arrivée à bord des navires des envoyés mexicain, rappelle le discours qu’ils adressèrent au conquérant espagnol.

« Il faut, dirent-ils, que le dieu que nous venons adorer en personne connaisse son serviteur Montezuma,