Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/356

Cette page a été validée par deux contributeurs.
348
ARCHIVES GÉOGRAPHIQUES.

rendre ces îles intéressantes sous le triple rapport de leur colonisation temporaire, de leurs productions naturelles, et des avantages qu’elles présentent aux navigateurs comme point de ravitaillement avant de franchir le cap Horn, pour entrer dans la mer du sud.

Le précis historique des circonstances qui portèrent Bougainville à vouloir établir une colonie sur ces îles désertes, se trouve au commencement de la relation du voyage autour du monde de ce marin justement célèbre, et le bénédictin don Pernetty, aumônier des nouveaux colons, nous a lui-même laissé deux volumes d’observations superficielles sans doute, mais dont les détails sont cependant d’une grande exactitude. Le port Egmont reçut une colonie d’Anglais peu de temps après que les Français se furent installés à la Soledad. Ce n’était point des établissemens destinés à devenir florissans ; c’était plutôt des campemens de pêcheurs, et des points de ravitaillement pour les corsaires français ou anglais qui croisaient alors avec succès sur les côtes d’Amérique, et qui portaient les plus grands préjudices au commerce espagnol dispensateur, à cette époque, de l’or du Nouveau-Monde. La cour d’Espagne ne se méprit point sur le but caché de ce voisinage devenu inquiétant : elle réclama les Malouines, comme une dépendance naturelle de la Magellanie qu’on ne pouvait lui contester, et fit écouter ses plaintes ; car elle était alors influente dans la balance de l’Europe. On dut donc renoncer, à Versailles et à St-James,