Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
ARCHIVES GÉOGRAPHIQUES.

que mille carré, on n’aura qu’à multiplier la superficie du second par la population relative de celui que l’on a choisi pour terme de comparaison, et le produit offrira le nombre d’habitans qu’on désirait connaître.

Le général Andréossi, en faisant un calcul sur la quantité d’eau consommée journellement à Constantinople, trouva que cette ville, sans y comprendre Scutari et les villages de la rive gauche du Bosphore, pouvait avoir 597,600 habitans, nombre presque identique avec les résultats qu’il obtint d’un autre calcul sur la consommation journalière de pain faite dans cette ville. Par ce nouveau procédé, et en y comprenant Scutari et les villages exclus du calcul précédent, Constantinople aurait eu 630,000 habitans.

Ce sont ces différentes méthodes tantôt isolées, tantôt combinées entre elles, que nous avons employées selon les circonstances, pour déterminer le nombre approximatif des habitans de tous les pays compris dans la seconde classe. Nous regrettons que notre cadre ne nous permette pas d’entrer dans de plus grands détails ; mais nous renvoyons au mémoire de M. Jomard, sur la population comparée de l’Égypte ancienne et moderne, ceux qui voudraient savoir jusqu’à quel point un statisticien habile peut tirer parti de l’emploi de ces moyens indirects, non-seulement pour connaître la population actuelle d’un pays, mais même pour s’élever à la connaissance de celle qu’il possédait dans l’antiquité la plus reculée. Ils verront de quelle manière