Page:Revue de Paris, 29è année, Tome 2, Mar-Avr 1922.djvu/683

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

et les qualités de cœur de leurs officiers de district leur importent beaucoup plus que la promulgation de nouvelles lois.

En examinant la question dans son ensemble, j’ai la conviction que, depuis quelque temps, des efforts sont faits pour affaiblir notre pouvoir sur les peuples de l’Inde. Des influences externes ont été mises en jeu dans ce but. À l’intérieur, un parti, considérablement renforcé à la suite de la guerre, a obtenu des concessions inespérées. Pourtant il menace aujourd’hui de s’affranchir complètement.

Avant la guerre, et jusqu’en 1916, il y eut dans l’Inde de nombreuses conspirations ; leur but était : vol, intimidation, meurtre des fonctionnaires Anglais et Hindous. Quelques-unes de ces conspirations furent révélées dans, le rapport du Sedition-Committee de 1915. Depuis les petits complots locaux jusqu’aux grands mouvements du Bengale et du Punjab, elles étaient généralement inspirées par des comités non fixés dans les Indes et opérant en Amérique, en Grande-Bretagne et au Canada, en France, en Allemagne et au Japon. La grande conspiration dirigée contre le Punjab fut soutenue par des fonctionnaires allemands à San-Francisco et à New-York ; et l’Allemagne paya des agents indiens qui, d’Amérique, devaient être envoyés en Afghanistan, au Siam, à Manille, au Thibet et en Turquie, « pour y susciter des troubles7 ».

Par ce moyen, des armes furent introduites dans l’Inde et la fabrication des bombes y fut organisée. Les chefs des sociétés secrètes purent généralement rester cachés, ayant pour agents d’exécution de jeunes fanatiques de la classe des étudiants. Le résultat fut une longue série de crimes violents qui contribuèrent à augmenter l’anxiété. Après 1917, le gouvernement bolchevik de Moscou prit la suite des Allemands, et des méthodes perfectionnées furent employées pour surexciter encore l’esprit révolutionnaire. De cela du reste, le gouvernement des Soviets s’est fréquemment vanté. Le bolchevisme est en opposition flagrante avec les croyances hindoues et musulmanes ; mais l’attrait du pillage agit aisément sur les classes turbulentes de tous les pays.

Au début de la guerre, les gouvernements locaux de l’Inde