Page:Revue de Paris, 12è année, Tome I, Jan-Fév 1905.djvu/98

Cette page a été validée par deux contributeurs.

vous confesse avoir été violentes, sont aujourd’hui tout à fait apaisées dans un sentiment de repentir que je vous prie de recevoir à votre tour avec clémence et générosité.

Il n’était pas entré dans ma pensée de vous offenser le moins du monde dans ma lettre ; l’expression m’en avait paru triste et douloureuse, mais sans aigreur ; je vous avais dit sincèrement là où était ma plaie : qu’il n’en soit plus question entre nous, mon ami ; car vous l’êtes toujours, non pas malgré moi, je vous jure comment avez-vous pu croire que j’avais voulu ne plus être le vôtre ?

Qu’il y ait eu refroidissement, déchirement, froissement entre nous, comme vous voudrez l’appeler, c’est malheureusement incontestable. Mais, l’amitié a des degrés et je me contenterai avec joie, orgueil et reconnaissance, de la moindre place que vous voudrez me conserver.

Une prière seulement. Si vous savez maintenant et si vous croyez qu’il y a entre nous, comme cause de déchirement, autre chose que les idées saint-simoniennes, insistez-y moins dans la conversation avec moi, je vous prie ; si je croyais cela, j’irais vous voir pour vous prouver que j’accepte votre pardon. Mais je crains toujours que ces malheureuses idées qui cachent autre chose pour moi ne m’impatientent et ne renouvellent les tristes discussions dont je rougis.

Vous me blâmez, je le sais, de n’avoir point parlé du roman, mais l’opinion qu’il faudrait exprimer ne sortira jamais de ma plume, avec quelque assaisonnement de louanges que ce soit. Quant aux extraits, il aurait fallu une tête, une demi-colonne, et, même dans ces courtes lignes, j’aurais été obligé par le journal de glisser quelques mots qu’il ne me convient pas d’écrire de vous.

Il est possible que j’entre plus avant dans le saint-simonisme. Mais est-ce donc une barrière entre nous ? Si je devenais tout à fait saint-simonien, je deviendrais meilleur, croyant en Dieu, moral, aimant les hommes. Si je suis si méchant, si passionné, si inégal, c’est que je suis livré aux caprices de mon misérable cœur.

Dites-moi, mon ami, puis-je aller vous serrer la main ?

Sainte-Beuve