Page:Revue de Paris, 12è année, Tome I, Jan-Fév 1905.djvu/656

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA PREMIÈRE PRÉSIDENCE


DE


M. ROOSEVELT




À l’élection présidentielle de 1900, le parti républicain présentait pour la seconde fois, comme candidat à la présidence, M. William Mac Kinley, et, comme candidat à la vice-présidence, M. Théodore Roosevelt, gouverneur de l’État de New- York. M. Mac Kinley était réélu à une majorité plus forte que celle qu’il avait obtenue en 1896 : les électeurs approuvaient la politique qu’il avait inaugurée à la suite de la guerre d’Espagne, et notamment l’annexion des Philippines. Les États-Unis entraient dans une nouvelle période de leur histoire : ils cessaient d’être une puissance exclusivement américaine pour devenir une puissance mondiale. Un an plus tard, la mort de M. Mac Kinley, victime d’un anarchiste à l’exposition de Buffalo, le 14 septembre 1901, faisait de M. Roosevelt le président des États-Unis.

Bien que jeune, — il avait quarante-trois ans à peine, — le nouveau président était déjà une figure nationale. Il descend d’une vieille famille hollandaise, établie à New-York depuis deux cents ans. Au sortir de la célèbre université de Harvard, il était entré de bonne heure dans la vie publique et lui avait consacré le meilleur de ses efforts, sans se laisser absorber par elle. La politique jouit aux États-Unis d’une réputation équivoque. La mise en valeur des richesses naturelles a acca-