Page:Revue de Paris, 12è année, Tome I, Jan-Fév 1905.djvu/374

Cette page n’a pas encore été corrigée


Il serra plus fort le manche de sa bêche et fit quelques pas en avant. Ils convergèrent tous sur lui.

— S’ils me touchent, — jura-t-il, — je tape dessus, sacrebleu !… Je cogne.

Néanmoins, il jugea utile de parlementer.

— Écoutez ! — cria-t-il. — Il faut que vous me laissiez faire ce qu’il me plaît, dans cette vallée, entendez-vous ! Je veux agir à ma guise et me promener comme bon me semble.

Au son de sa voix, ils s’étaient mis en marche vers lui, d’une allure rapide et les bras tendus. On eût dit un jeu de colin-maillard où les joueurs aveugles auraient pourchassé celui qui voyait.

— Attrapez-le ! — commanda un des meneurs.

Nuñez se trouvait cerné et une décision s’imposait.

— Vous ne comprenez pas ! — s’écria-t-il d’une voix qu’il voulut en vain rendre ferme et impérieuse. — Vous êtes aveugles, et moi, je vois. Laissez-moi tranquille.

— Bogota, lâchez cette bêche et ne marchez pas sur les pelouses.

Ce dernier ordre, burlesque dans ce qu’il avait de familier, provoqua chez Nuñez un accès de colère.

— Je vais cogner ! — fit-il, sanglotant d’émotion. — Laissez-moi tranquille, sacrebleu, ou je cogne !

Ne sachant guère dans quel sens s’échapper, il se mit à courir, et, incapable de surmonter sa répugnance et de frapper des ennemis qui ne le voyaient pas, il tourna le dos à l’aveugle le plus voisin. Toutefois, décidé à passer coûte que coûte à travers leurs rangs qui se resserraient, il se lança tête baissée vers une trouée assez large. Mais les aveugles, percevant aussitôt son mouvement, se rapprochèrent en hâte pour lui fermer l’issue. Il vit qu’il allait être pris, et, au même moment, sa bêche retombait sur le plus proche des aveugles qui, atteint aux bras, culbuta en avant, la tête la première.

Il avait passé !

Mais il était maintenant à deux pas des maisons : d’autres aveugles brandissant des bâtons et des outils se précipitèrent au-devant de lui, et se déployèrent avec une rapidité méthodique pour lui couper la retraite.

Juste à temps, il entendit des pas derrière lui : un grand