Page:Revue de Paris, 12è année, Tome I, Jan-Fév 1905.djvu/340

Cette page a été validée par deux contributeurs.

ble plus que jamais dévoué à son ami ; il va jusqu’à lui promettre « de parler de son théâtre » !

Ce vendredi [8 février 1833].
Mon cher Hugo,

J’ai été bien sensible à votre bonne réponse et à ce qu’elle contenait. Je crois comme vous que c’est le coup de grâce porté à l’ancien système, mais c’est plus que cela : c’est un drame nouveau, votre drame, qui se développe aux yeux et réalise le dessein que vous en avez. Je voudrais que vous en fissiez encore un ou deux en prose, pour accoutumer tout à fait le public et lui transmettre votre pensée entière sous l’expression la plus simple. De quelle utilité d’art puis-je vous être, mon ami ? C’est votre indulgence d’autrefois qui rêve cela. Quant à l’utilité critique, je voudrais que ce fût plus vrai j’espère qu’un jour, je m’enhardirai à parler de votre théâtre, comme je me suis déjà aventuré dans votre roman, quoique mon domaine et mon habitation chérie soit ce monde lyrique où se rapportent les plus douces années de ma vie, lorsque je les passais auprès de vous. Un jour donc, je ferai en sorte peut-être, sinon de vous satisfaire, du moins de vous prouver mon effort et mon désir. En attendant, mes journées en proie aux interruptions et aux petits articles dévorent, soutirent, mon reste de vertu féconde. – À propos, ou plutôt hors de propos, Nisard, que j’ai vu au National l’autre jour, s’est montré si désolé d’être oublié, m’a-t-il dit, de vous pour un billet qu’il vous a fait demander indirectement, si peiné même et désireux de recevoir cette marque de votre souvenir, que je n’ai pu lui refuser de vous en parler ; et je le fais d’autant plus que je me rappelle qu’interrogé par vous à ce sujet, j’ai peut-être été pour quelque chose dans votre détermination négative. Il demeure rue Saint-Fiacre, n° 16. J’ajouterai qu’il est assez malade de la poitrine, et très sensible par là même.

Voilà une commission faite. — Adieu, mon ami, et croyez-moi vôtre tout entier.

Sainte-Beuve


La semaine d’après, Victor Hugo envoie un exemplaire de Lucrèce Borgia à Sainte-Beuve, qui lui répond :