Page:Revue de Paris, 12è année, Tome I, Jan-Fév 1905.djvu/112

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Quant à moi, mon ami, je vous écrirai quelquefois puisque vous me le permettez ; quelquefois peut-être, plus tard, je vous demanderai de venir dîner avec moi à quelque café, car j’aurais besoin de vous voir, et, dans un certain temps, cela ne vous fera plus trop de mal, je l’espère.

Adieu, mon ami, votre ami comme toujours et plus que toujours.

Sainte-Beuve


Victor Hugo, un peu soulagé, répond :

« 10 juillet 1831.

» Votre lettre m’a fait du bien. Oh ! oui, vous êtes toujours et plus que jamais mon ami ! Il n’y a qu’un bon et tendre ami comme vous qui sache sonder d’une main si délicate une douleur si profonde et si vive ! Nous nous reverrons çà et là. Nous dînerons quelquefois ensemble. Ce sera une joie pour moi. En attendant, mon pauvre ami, priez Dieu pour que le calme du cœur me revienne. Je ne suis pas habitué à souffrir !

» v.

» Écrivez-moi. Ne m’abandonnez pas. »

Gustave Simon


(la fin prochainement)