Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
257
LA GLOIRE DU COMACCHIO

— « C’est déjà si formidable ! Avec une telle arme, on devrait défoncer tous les obstacles… Comment faire ? »

Le pavé retentit. Un homme encore arrivait à pas pressés. Il fit un écart et passa vite, au large, à cause du porche suspect, favorable aux embuscades.

— « Si vous appréhendez la vue de Monna Chiarina, quittez ce poste, Messer. Elle ne saurait tarder maintenant. »

Cesare aussitôt s’éloigna de la fenêtre. Il répétait :

— « Comment faire ? Ah ! disposer d’un pouvoir surnaturel, et rester là, stupide… Comment faire ? »

Et ce furent cent questions à propos de l’envoûtement. Tubal y répondait avec lassitude, et laissait l’ambitieux Bordone s’épuiser en vaines recherches.

— « Trouve donc ! Mais trouve donc ! » s’écriait par moments le sculpteur. « Je suis sûr que tu ne connais pas toutes les ressources de ta magie. Ah ! je trouverai bien, moi, sans être sorcier ! Sang du Christ ! je trouverai ! »