Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/249

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
245
LA GLOIRE DU COMACCHIO

Tubal, sentant que la menace allait suivre la prière, se décida :

— « Écoutez. Parlons franc. Voulez-vous que j’annule ce prêt ? Voulez-vous non seulement déchirer vos billets, mais encore gagner autant d’argent que feu Milanello, dont le traitement ducal était la plus maigre ressource et qui amassait des trésors, malgré ses crânes trop lourds et son vilain modelé reluisant ? »

— « Hé ? » fit Cesare abasourdi.

— « J’ai l’œil sur vous depuis sa mort. Vous devez être un des premiers de la ville. Vous ressemblez à l’aigle, emblème de Ferrare ; vous ressemblez au plus illustre des Ferrarais, à Savonarole. Je veux aider votre destin, vous donner la meilleure part dans la succession de Milanello, la part occulte, — l’or. »

Il faisait sombre. Bordone se taisait, oppressé de stupeur. Tubal se méprit à ce silence.

— « Voyons, Messer, votre Andromède, la voulez-vous en marbre ? Ah ! ah ! songez ! un beau bloc indestructible, de Carrare ou de Pietra-Santa ! »