Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/179

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
175
LE BROUILLARD DU 26 OCTOBRE

— « Non ! »

Et je me précipitai sur lui.

— « Admettez que le mirage se dissipe, » raisonna-t-il, « est-ce que vous ne vous repentirez pas éternellement d’avoir gâché l’occasion ? Profitons-en, mon cher ! profitons de ce mirage praticable ! »

— « Vous ne voyez donc pas que ces yeux nous regardent ! »

— « Hein ! Vous déraillez ! Ils regarderaient dans l’avenir ?… »

Mais je le tenais ferme, car j’étais alors gouverné par un maître intérieur plus autoritaire que le bon sens. Il dut céder à ma force et finit par se contenter d’un examen à distance.

Les yeux fulguraient, couples d’étoiles sombres, et clignotaient parfois sous des paupières effroyablement inconnues. Ma fantaisie forgeait derrière eux une famille d’ours épouvantables, gros comme des rhinocéros…

— « Vous ne remarquez rien ? » dis-je ex abrupto.

— « Plaît-il ? »