Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
147
LE BROUILLARD DU 26 OCTOBRE

vous êtes, sacrebleu ! Reprenez conscience de votre rang. Nous devrions bénir ce qui nous arrive. Nul n’est plus qualifié pour de pareilles météoroscopies ! Et dites-vous bien que tout cela finira par un mémoire à telle ou telle section de l’Institut ! »

Cette leçon me rendit le sang-froid.

— « D’accord. Mais convenez », repris-je tout honteux, « qu’il est plutôt démontant de rencontrer en pleine Champagne une herbe des Tropiques et d’entendre… »

— « Écoutez ! » me dit-il en allongeant le bras dans la direction probable du ravin. « Ce que vous appelez le vent !… »

— « Cela s’est amplifié… Ce n’est pas le vent. »

— « Je ne vous le fais pas dire. »

— «… Un bruissement de fleuve… ou de torrent… Un vaste fleuve… »

— « Attention ! voilà du nouveau, Chanteraine ! »

Le jour tremblotant n’avait cessé de croître, et des formes s’esquissaient aux alentours, dont l’une, moins écartée, dessinait une colonne mouvante qui allait se dégradant