Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs (illustrations).djvu
À un îlot entièrement nu et qui avait à peine un mille carré. (Page 167.)

une sorte de forge ; je m’y rendis en rasant les murs pour ne pas être surpris par les bandits.

« Je n’entendais rien et ce silence m’inquiétait.

« J’arrivai ainsi à la porte de la forge.

« Je fus ébloui.

« Sur une large table de pierre étaient amoncelés des pièces d’or et des pierres précieuses.

« Mais ce n’était pas ce qui me préoccupait en ce moment-là.

« Je cherchais des êtres vivants et je n’en trouvais pas. Je n’osais cependant m’aventurer dans la salle, j’y eusse été en pleine lumière, et les brigands auraient pu tirer sur moi comme sur une cible.

« Je ne me trompais pas ; on me guettait, car au moment où j’avançais imprudemment la tête, un coup de fusil partit d’un coin obscur, et je sentis