Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je terminais, quand Calm vint nous dire que le malade demandait à nous parler.

« Nous descendîmes dans la chambre où il était étendu sur un divan.

« — Mon bon monsieur Hamel, me dit-il, j’ai voulu, en présence du colonel, vous avouer une faute. Pour la première fois de ma vie, je mentais en vous disant, l’autre jour, que j’avais expédié en France les six mille francs économisés pour Poussette. J’avais eu trop de mal à les amasser pour les confier à personne ; je voulais les apporter moi-même. Le jour de mon départ, je les avais encore… et je n’avais pas mangé depuis l’avant-veille, mais, vous comprenez, la dot de ma petite sœur, c’était sacré… j’aurais traversé le monde à pied, crevant de soif et de faim, sans jamais y toucher.

« Seulement la somme était en or, lourde, embarrassante. Les poches de ce costume étaient trop mûres pour leur confier pareil poids et j’étais fort en peine d’emporter mon trésor, en le dissimulant, quand je fis une heureuse rencontre.

« C’était un mineur américain que j’avais connu au théâtre et dont ma conduite rangée m’avait valu l’amitié :

« — Tu dois te faire un joli magot avec tes économies ? me disait-il souvent… par intérêt pour moi, bien entendu. Le jour en question, il me répéta sa demande et je lui confiai mon embarras. — « Le moyen est bien simple, me dit-il ; convertis ton saint-frusquin, non pas en billets, car ils sont à peu près tous faux dans ce pays, mais en diamants ; c’est petit, léger, et ça peut se coudre dans un vêtement. Tiens, j’en connais un à vendre chez un changeur… il vaut plus de six mille francs, je t’en réponds : c’est moi qui le lui ai cédé et je l’avais payé neuf mille. L’argent comptant est rare à San-Francisco, tiens bon, et le changeur consentira au marché. »

« Il me conduisit chez l’homme, qui se fit bien tirer l’oreille pour lâcher le diamant à six mille francs ; mais je l’obtins, et, une heure après, il était cousu dans la ceinture de mon pantalon.

« C’est pour cela que je refusai l’autre jour de changer de costume.

« Surpris à ce moment de son récit par un violent accès de toux, Alfred s’arrêta ; mais faisant appel à son courage, il reprit bientôt :

« — Vous me dites et j’ai beau m’efforcer de croire que je reverrai ma Poussette… il faut pourtant se faire une raison… l’Inde sera mon Père-Lachaise. Aussi je vous ai choisi pour vous confier l’unique fortune de la petite sœur… c’est peu, mais ça suffira pour ouvrir un commerce qui la garantira de la misère et de pis encore ! Le bon Dieu vous surveillera après ma mort, monsieur Hamel, et il vous bénira si vous avez bien rempli le dernier vœu du saltimbanque. Tenez, regardez mon trésor !

« Et, ouvrant la main, il me tendit une pierre de la grosseur d’une noisette.

« Je n’eus besoin que de la regarder un instant :