Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


produit des ténèbres ! Les mouvements de ces rayons se neutralisent réciproquement, et la lumière cesse d’éclairer. Cependant, suivant leurs directions, ces rayons lumineux ne se neutralisent quelquefois qu’en partie ; alors la lumière ne fait que diminuer.

Ces phénomènes curieux, qui anéantissent ou diminuent la lumière par l’adjonction d’un rayon lumineux, ont reçu le nom d’interférences.

La démonstration expérimentale et complète du fait des interférences sera toujours le titre principal du docteur Thomas Young à la reconnaissance de la postérité.

Le génie de Fresnel étendit et montra toute la fécondité des principes de Young.

Parmi les mille rayons de nuances et de réfrangibilités diverses dont la lumière blanche se compose, ceux-là seulement sont susceptibles de se détruire qui possèdent des couleurs et des réfrangibilités identiques ; ainsi, de quelque manière que l’on s’y prenne, un rayon rouge n’anéantira jamais un rayon vert.

Si deux rayons blancs, par exemple, se croisent en un certain point, il sera possible que, dans la série infinie de lumières diversement colorées dont ces rayons se composent, le rouge, par exemple, disparaisse tout seul, et que le point du croisement paraisse vert ; car le vert, c’est du blanc moins le rouge.

On ne saurait se défendre de quelque étonnement quand on apprend pour la première fois que deux rayons lumineux sont susceptibles de s’entre-détruire ; que l’obscurité peut résulter de la superposition de deux lumières ; mais cette propriété des rayons une fois cons-