Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


même épaisseur, et parmi les poteries celles dont la matière est plus poreuse. Le charbon que l’on allume éclate et se fendille jusqu’à ce qu’il soit échauffé tout à fait ; il suffit de tenir à la main un bâton de soufre pour produire le même effet. Cela vient de ce que ces matières étant mauvais conducteurs de la chaleur, quelques-unes de leurs parties sont beaucoup plus tôt contractées ou dilatées que les parties voisines, ce qui détermine une dislocation violente entre les molécules et un déchirement entre les différentes parties.

VIII.

Les lois générales de la dilatation et de la contraction présentent des exceptions remarquables.

L’eau, par exemple, a moins de volume à 4 degrés qu’à 3, et moins à 2 qu’à 1, et à 0 liquide beaucoup moins qu’à 0 solide ; en sorte que son maximum de densité se trouve à 4 degrés au-dessus de 0. Ce maximum de densité de l’eau a une grande importance ; car il a été adopté pour définir l’unité de poids dans le système métrique. Cette unité, que l’on appelle gramme, a le même poids qu’un centimètre cube d’eau pure prise à son maximum de densité.

Cette particularité de dilatation à un degré inférieur n’appartient pas exclusivement à l’eau, car le fer fondu, le bismuth, le soufre se dilatent aussi au moment de leur congélation.