Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/445

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Des îles flottantes se font quelquefois remarquer sur les lacs, les marais ou les rivières. Parmi les plus célèbres en ce genre, on cite celles du Mississipi et celles du lac de Chelco au Mexique ; elles sont cultivées et produisent des arbres, des légumes et des fleurs. On visitait autrefois la Motte-Tremblante, aujourd’hui détruite, dans le lac Menteyer (Hautes-Alpes). On voit encore des îles flottantes dans les marais qui entourent Saint-Omer, et à Tivoli, en Italie, dans un petit lac voisin des thermes d’Agrippa.

Quelques îles ont été formées subitement par les volcans sous-marins ; mais, composées de matières incohérentes, elles ne peuvent généralement résister longtemps à l’action des flots et ne tardent pas à disparaître. En 1831 on vit s’élever de cette manière l’île Ferdinandea, près de Malte, qui, abîmée peu de temps après, reparut en 1834 pour disparaître de nouveau et reparaître en 1864.

XIV.

Les éruptions sous-marines qui donnent naissance à ces îles éphémères sont assez fréquentes. M. Adolphe Cousin, ancien capitaine du Regina Cœli, a donné la relation d’un phénomène curieux dont il a été témoin sur ce navire, qui m’a conduit dans la mer des Indes, et qui est devenu fameux par la révolte de plusieurs centaines de noirs à son bord ; on y remarque encore les coups de hache et les balles qui ont frappé les mâts et les vergues.