Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/444

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les eaux qui coulent au pied de ces montagnes, participent en partie de la nature du terrain. Celles de Cranzac ont de douze à trente-cinq degrés de chaleur. Les sources de Fontaynes et de la Salle sont presque aussi chaudes, et fournissent des étuves naturelles, pourvu qu’on creuse un réservoir pour les recueillir. Quelques-unes de ces sources sont chargées d’alun ; d’autres sont imprégnées de cuivre.

XIII.

On a vu souvent des éruptions volcaniques se produire au milieu des eaux et donner naissance à des îles qui n’ont presque toujours eu qu’une courte existence.

Les îles peuvent être formées par le simple abaissement des eaux qui met à découvert le sommet des montagnes sous-marines, d’autres fois par l’effort des vagues qui coupent une langue de terre joignant une presqu’île au continent. L’Angleterre était jadis attachée au sol de la France : les courants qui venaient du nord-est entre l’Allemagne et l’Angleterre, et du sud-ouest entre la Bretagne et la chaîne des montagnes de Cornouaille, corrodaient continuellement de part et d’autre l’isthme qui réunissait l’Angleterre à la France et lui ont fait succéder le canal qui porte le nom de pas de Calais. Beaucoup d’autres îles passent pour avoir été jadis jointes au continent voisin : la Sicile à l’Italie, Sumatra à la pointe de Malacca, etc.