Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/426

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« On sait le résultat merveilleux qu’elles ont donné : il eût été plus complet encore sans les causes que nous venons de dire. Pompéi, d’ailleurs, était surtout une ville de commerce et de plaisir ; c’était aussi une ville nouvelle, car elle avait été renversée seize ans auparavant par un tremblement de terre, précurseur de l’effroyable convulsion qui allait anéantir la cité rapidement reconstruite. M. Beulé estime que toutes les découvertes importantes y ont été faites, car les parties déblayées comprennent les bains, le forum, les théâtres et les monuments. Il croit donc qu’il serait urgent de transporter désormais à Herculanum le principal effort des explorations. »

VI.

L’éruption la plus mémorable qui ait eu lieu ensuite s’est faite en 1822, du 24 au 28 octobre. Pendant les douze jours suivants elle ne fut pas interrompue, sans avoir toutefois la violence des quatre premières journées. Les détonations à l’intérieur du volcan furent si fortes, que par le seul effet des vibrations de l’air les plafonds des salles se crevassèrent dans le palais de Portici. L’atmosphère des villages voisins était complètement remplie de cendres, et vers le milieu du jour toute la contrée resta plongée plusieurs heures dans l’obscurité la plus profonde ; on allait dans les rues avec des lanternes.

Le Vésuve a lancé des pierres cubant environ un mètre à 1 200 mètres de hauteur au-dessus du cratère, hauteur égale à celle de la montagne. On dit que le Cotopaxi a