Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il suffit de citer comme exemple une des transformations les plus simples, pour en faire comprendre toute l’importance et toute la fécondité.

II.

La chaleur produit de la force mécanique, et la force mécanique produit de la chaleur.

Là où la chaleur disparaît le mouvement se produit, et, réciproquement, lorsque le mouvement s’arrête il y a développement de chaleur. Cette transformation se manifeste avec une exactitude mathématique.

La chaleur engendrée par un corps qui tombe croît proportionnellement à la simple hauteur. — Dès que l’on connaît la vitesse et le poids d’un projectile, on peut donc calculer sans peine la quantité de chaleur développée par l’extinction de son mouvement.

Connaissant le poids de la Terre, par exemple, et la vitesse avec laquelle elle se meut dans l’espace, un simple calcul doit nous donner la quantité exacte de chaleur qui se développerait si la Terre était arrêtée brusquement dans son orbite.

Mayer et Helmholtz ont fait ce calcul, et ils ont trouvé que la quantité de chaleur engendrée par ce fait suffirait non seulement pour fondre la Terre entière, mais pour la réduire en grande partie en vapeur.

Ainsi, le seul arrêt brusque de la Terre dans son orbite amènerait les éléments à l’état de fusion ; après extinction de son mouvement, la Terre irait nécessairement tomber