Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/333

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre xvii.
la foudre.

Analogie de l’électricité et de la foudre. — Curieuse expérience faite à Marly-la-Ville. — Cerf-volant électrique. — Production de la foudre, de l’éclair et du tonnerre. — Comment peut-on apprécier la distance de la foudre ? — Foudroiement direct et par le choc en retour. — Terribles effets de la foudre. — Statistique des accidents de la foudre en France. — Action foudroyante de l’homme récemment foudroyé. — Répartition des coups de foudre sur diverses espèces d’arbres.

I.

Plusieurs physiciens avaient déjà soupçonné que l’électricité pourrait bien être la cause de la foudre, lorsque Franklin, après avoir reconnu que les corps bons conducteurs, terminés en pointe, donnaient lieu à un écoulement si facile de cet agent, qu’il est impossible de les charger d’électricité, proposa d’élever en l’air une verge de fer, terminée en pointe aiguë, pour étudier l’analogie qu’elle pouvait présenter avec la foudre.

Un Français, nommé Dalibard, fut un des premiers qui mit l’idée de Franklin à exécution. Il fit construire à Marly-la-Ville, en 1752, sur un monticule, une cabane au-dessus de laquelle il fixa, dans un gâteau de résine,