Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/331

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre xvi.
halos, parhélies, parasélène.

On appelle halos les cercles lumineux et concentriques, assez souvent colorés, qui apparaissent autour du soleil et de la lune.

La formation des halos est due à la lumière réfractée par des particules glacées, suspendues dans les hautes régions de l’atmosphère.

On peut produire en petit, et artificiellement, ce phénomène, et le voir en regardant une bougie, soit à travers la vapeur qui s’élève d’un vase contenant de l’eau chaude, soit à travers un vitrage sur lequel s’est déposée une certaine couche d’humidité.

Les parhélies, du grec para, auprès de, et hélios, soleil, sont l’apparition simultanée de plusieurs soleils, images fantastiques du soleil véritable, réunies entre elles par des arcs brillants.

Ce singulier météore est attribué à de la lumière réfléchie par les mêmes particules de glace qui produisent les halos.

On donne le nom de parasélène (fig. 60), du grec para,