Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VII.

Le serein, du latin serenus, clair, est une petite pluie fine qui tombe quelquefois à la chute du jour sans être produite par des nuages.

Dans nos climats, ce phénomène se manifeste seulement pendant l’été, et presque toujours au coucher du soleil. On l’observe surtout dans les vallées et les plaines basses, à une petite distance des lacs et des rivières : il est beaucoup plus rare sur les lieux élevés.

Pendant la chaleur du jour, tous les corps humides donnent une grande quantité de vapeur d’eau, qui se répand dans l’air sans en troubler la transparence. Mais lorsque le soleil disparaît au-dessous de l’horizon, la température de l’air atmosphérique baisse de plus en plus ; la vapeur alors se condense en partie, selon le degré de refroidissement, et cette condensation produit le serein.

On peut considérer le serein comme le commencement du phénomène de la rosée.

La rosée est produite par la vapeur d’eau contenue dans l’air et condensée par son contact avec les corps suffisamment refroidis.

La terre, échauffée pendant le jour par les feux du soleil, rayonne pendant la nuit vers les espaces célestes une partie de la chaleur qu’elle avait reçue ; il en est de même des végétaux et des différents objets placés à la surface du globe. Cette déperdition de chaleur peut être telle que la température de ces corps devienne plus basse