Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/185

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les hommes s’enhardirent ensuite à en faire un pain, qui fut trouvé très passable. Quelques échantillons de cette graine, envoyés à Paris par notre ambassadeur en Russie, furent reconnus pour appartenir à la famille des lichens, genre de plantes qui, sous forme de pellicules, s’étendent sur les arbres, sur la surface des monuments et des rochers. La couleur sombre des vieux édifices de Paris est due à un lichen microscopique.

Souvent aussi les vents transportent à plusieurs centaines de lieues des cendres volcaniques ou la poussière des déserts.

Les pluies de poudre jaunâtre ressemblant beaucoup à du soufre pulvérisé arrivent principalement au mois de mai, et dans les pays où se trouvent des forêts de pins et de sapins. Ces arbres fleurissent au mois de mai, leurs fleurs se composent de chatons très serrés ; un seul chaton contient plus d’un million de grains de pollen : ce pollen, ou cette poussière de fleurs dont chaque grain mesure à peine un centième de millimètre de diamètre, a une odeur résineuse et s’enflamme facilement. Les vents la soulèvent, la chassent au loin, elle tombe ensuite sur la terre mêlée à la pluie, et produit ce que l’on prend généralement pour des pluies de soufre.

Dans les temps d’orage on a vu des phénomènes plus extraordinaires encore, comme des pluies de crapauds, de grenouilles, de poissons. Ces pluies d’un nouveau genre s’expliquent par l’action des trombes aspirant l’eau d’une mare ou d’un vivier avec ses menus habitants, qu’elle répand dans les endroits où elle vient se dissiper.