Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


côtes ; elles sont remplacées en mer par les moussons, qui soufflent six mois dans un sens et six mois dans l’autre.

Dans l’hémisphère boréal, la mousson de printemps commence en avril, et la mousson d’automne en octobre ; dans l’hémisphère austral, où les saisons sont contraires, la mousson d’automne commence en avril, et la mousson de printemps en octobre.

Il règne un calme plus ou moins prolongé entre les deux moussons contraires ; cette période est féconde en tempêtes et dangereuse pour la navigation.

IV.

D’après l’expérience, très simple et à la portée de tout le monde, que nous avons indiquée, relativement aux phénomènes qui ont lieu lorsqu’on présente tour à tour un corps léger et flexible à différentes hauteurs de deux airs de températures dissemblables, il résulte que les vents alizés ne se manifestent que sous l’influence d’un courant supérieur. Plusieurs observations en ont, en effet, donné la preuve ; c’est ce que nous allons voir.

Dans la soirée du 30 avril 1812, on entendit pendant quelques instants, à l’île de la Barbade, des explosions tellement semblables aux décharges de plusieurs pièces de gros calibre, que la garnison du château Sainte-Anne resta sous les armes toute la nuit.

Le lendemain matin, 1er mai, l’horizon de la mer à l’orient était clair et bien découpé ; mais immédiatement au-dessus on apercevait un nuage noir, qui couvrait déjà